Prises en charge non-chirurgicales

Il existe un certain nombre de prises en charge non-chirurgicales pour le traitement des fibromes utérins, allant de la méthode non-invasive à la mini-invasive. En fonction de votre situation personnelle, votre médecin doit discuter avec vous des différentes prises en charge disponibles et doit mettre en évidence celles qui vous sont le plus adaptées.

Pour plus d’informations, cliquez sur l’onglet suivant ou sur le menu concernant les différentes prises en charge.

La chirurgie assistée par imagerie par résonance magnétique guidée par échographie est une procédure non-invasive spécifiquement utilisée pour le traitement des fibromes chez les femmes n’ayant pas le désir d’avoir des enfants.

Cette technologie utilise des ultrasons ciblés, à haute fréquence et à haute énergie pour détruire les fibromes un par un en les chauffant jusqu’à ce qu’ils se solidifient.

 

La myolyse est une procédure qui détruit les fibromes dans l’utérus en utilisant un courant. Elle peut être faite au cours d’une procédure laparoscopique, mais ne peut cibler qu’un fibrome à la fois.

Au cours d’une myolyse, des aiguilles chirurgicales sont insérées dans l’utérus par une petite incision dans le ventre puis dans les fibromes. Le courant va détruire les tissus ciblés.

Cela resserre les vaisseaux sanguins des fibromes jusqu’à les fermer complètement, coupant l’irrigation sanguine du fibrome. Cette procédure peut affecter la fertilité et ne doit pas être utilisée si vous avez un désir de grossesse.

L’embolisation des artères utérines (EAU) est une procédure où on utilise un cathéter pour délivrer de petites particules qui bloquent l’irrigation sanguine dans une partie de l’utérus. Cela entraine une diminution du volume des fibromes ciblés. Il s’agit d’une option de traitement efficace pour les femmes présentant des fibromes et ne souhaitant pas enfanter.

Pendant une embolisation des artères utérines irriguant un fibrome utérin, le radiologue injecte de minuscules perles (microbilles) dans les artères ciblées de l’utérus pour les obstruer. La partie de l’utérus contenant le fibrome n’est alors plus alimentée en oxygène, et sa paroi commence à coaguler. Les caillots sanguins peuvent être dissous une fois la procédure terminée, mais les fibromes restent solidifiés par manque de sang et d’oxygène.

Comme pour toute procédure, il y a des risques et des complications possibles qui lui sont associés tels que des disfonctionnements ovariens, une infection, des pertes vaginales …

 

 

Ce site met à disposition des informations ayant un but éducationnel uniquement. Demandez conseil à votre médecin si vous vous sentez concernées.