L'actualité sur les
Fibromes

Soyez déterminée et prenez les mesures qui s’imposent – Le témoignage de Becky

[vimeo]https://vimeo.com/122310795[/vimeo]

Becky_BeversLes règles incontrôlables jour après jour durant de longs mois ont entaché la vie de Becky Bevers qui a souffert de myomes utérins.

Pendant près d’un an, cette consultante en formation de 46 ans saignait constamment à cause de myomes, un des cas les plus graves que son médecin ait rencontré. Becky a dû subir une hystérectomie en urgence.

Becky, qui vit à Minehead dans le Somerset (Royaume-Uni), mariée et mère d’une fille, explique : « Je saignais tout le temps. On aurait dit un robinet qui ne s’arrêtait plus de couler. Une fois, je me suis réveillée en pleine nuit et, bien que je portais deux serviettes hygiéniques, le lit était couvert de sang ».

« Le coup de grâce, ça a été lorsque j’ai dû me rendre dans le Hertfordshire pour un rendez-vous clientèle très important. Je conduisais depuis à peine trois-quarts d’heure, j’ai regardé sur moi et je me suis aperçue que j’étais assise dans une mare de sang : ça coulait tout seul. Sur tout le siège de la voiture et sur toute ma robe. »

Les problèmes rencontrés par Becky ont commencé il y a six ans, quand elle a connu ses premières complications avec ses règles. À l’époque, elle attribuait cela au traitement qu’elle avait suivi pour un cancer.

« J’ai eu un cancer du sein en 2003, on m’a fait une mastectomie et j’ai été sous tamoxifène pendant environ cinq ans. Finalement, j’ai dû arrêter le tamoxifène, et c’est à cette époque-là que mes règles ont commencé à être irrégulières et très abondantes, au point que je saignais constamment. »

« Je ne sais pas si je faisais de l’anémie, mais je n’en serais pas surprise. J’étais complètement épuisée, je n’avais pas d’énergie, j’étais très faible et je me sentais mal. »

Les myomes utérins – des excroissances bénignes (non cancéreuses) qui se développent dans l’utérus – sont fréquents. Environ 40 femmes sur 100 en développent à un moment ou à un autre de leur vie. Ils apparaissent le plus souvent chez les femmes âgées de 30 à 50 ans, mais peuvent tout aussi bien se développer chez des femmes plus jeunes ou plus âgées (1).

Beaucoup de femmes ne se rendent pas compte qu’elles ont des myomes parce qu’elles n’ont pas de symptômes (1). Néanmoins, près d’une femme sur trois chez qui se forment des myomes manifeste certains symptômes qui peuvent comprendre des règles abondantes, longues et douloureuses, des saignements entre les menstruations, une sensation d’être « remplie » dans le bas du ventre, de la douleur et de l’inconfort pendant les rapports sexuels, des difficultés pour devenir enceinte et des fausses-couches (1).

Bien qu’elle ait consulté son médecin et qu’elle ait passé un scanner en 2008, rien n’avait alors été détecté. Mais les saignements se sont poursuivis, et c’est lors d’une consultation en urgence à l’hôpital que le problème a finalement pu être diagnostiqué.

Becky raconte : « Lors de l’incident dans ma voiture, où j’étais assise dans une mare de sang, j’étais paniquée et j’ai appelé mon mari. Il m’a dit d’aller tout de suite aux urgences ».

« Je me souviens que je marchais dans l’hôpital couverte de sang, avec du sang qui coulait même le long de mes jambes. D’un côté, j’étais très embarrassée, mais de l’autre, j’étais trop inquiète pour me sentir gênée. »

Becky a reçu un médicament pour arrêter les saignements, puis on l’a envoyée faire un examen interne sous anesthésie générale, lequel a révélé que son utérus était gravement distendu et présentait des myomes multiples dont un avait la taille d’un fœtus de 12 semaines, comme un pamplemousse.

Vu la gravité de son état de santé, on a recommandé à Becky de subir une hystérectomie.

« Même si j’avais déjà une fille et que je ne désirais plus avoir d’autres enfants, cette annonce a été un véritable choc pour moi. J’ai demandé s’il y avait d’autres alternatives mais on m’a expliqué que c’était la meilleure voie à suivre. Déjà, subir une mastectomie a profondément changé mon ressenti en tant que femme. Mais entendre ensuite qu’on va m’enlever la seule chose qui me reste en tant que femme, c’est une nouvelle très difficile à avaler. »

« L’intervention était très pénible et toute cette expérience s’est avérée pire que mon cancer du sein. La douleur était très intense, et une semaine après l’opération chirurgicale, j’ai dû revenir à l’hôpital parce que j’avais de l’infection. J’ai dû prendre des antibiotiques pour l’arrêter avant que ça ne tourne en septicémie. »

Becky conseille donc aux autres femmes de consulter leur médecin dans les plus brefs délais si elles ont des problèmes avec leurs règles.

« Cela ne fait pas l’ombre d’un doute : vous devez aller voir votre médecin directement. Et s’il ne trouve rien, obstinez-vous et peut-être demandez un deuxième avis. Je ne peux pas croire que mon premier scanner n’a rien montré et pourtant, quelques mois plus tard, tout mon utérus était rempli d’énormes myomes. »

Elle conseille aussi vivement aux femmes présentant des myomes de se renseigner sur toutes les options thérapeutiques disponibles, car il est éventuellement possible d’éviter de devoir subir une intervention chirurgicale majeure.

« Je me rappelle que lorsqu’on m’a opérée, il y avait une jeune femme âgée de 25 ans dans le lit en face du mien à qui on a dit qu’elle devait subir une hystérectomie à cause de ses myomes. Je me sentais très triste pour elle qui voulait avoir des enfants. »

« Actuellement, il existe des traitements qui permettent de contrôler les symptômes des myomes ; il se peut donc que vous ne deviez pas endurer ce que j’ai vécu. Faites en sorte d’être bien informée de toutes les options et discutez-en avec votre médecin. »

Pour de plus amples informations sur les myomes, notamment pour en savoir plus sur les causes, les symptômes et les options thérapeutiques, rendez-vous sur le site web des patients à l’adresse be.fibroidsconnect.com (2).

[1] NHS Choices 1, Fibroids, at: http://www.nhs.uk/conditions/Fibroids/Pages/Introduction.aspx (Accessed January 2014)

[2] Fibroidsconnect.com a été entièrement développé et financé par Gedeon Richter.

UK/GYN/0214/0030       Feb 2014

Disclaimer

"You are now leaving www.fibroidsconnect.com". Links to all outside websites are provided as a resource to our visitors.

Gedeon Richter accepts no responsibility for the content of other websites.