L'actualité sur les
Fibromes

Ne laissez plus les fibromes utérins diriger votre vie

Two women talking over lunchLes femmes sont fortes. Comment expliquer autrement que nous soyons autant à supporter la souffrance liée aux fibromes utérins ? 40% des femmes entre 35 et 55 ans sont concernées par ces excroissances utérines bénignes1, et trop nombreuses sont celles qui repoussent le moment d’aller consulter leur médecin. Beaucoup apprennent alors à supporter des symptômes gênants, et ce pendant des années, selon une étude2. Prenons les règles, par exemple. Les saignements menstruels abondants sont l’un des symptômes les plus fréquents des fibromes et cela peut avoir des répercussions importantes sur le mode de vie. Pour certaines femmes, les saignements sont si problématiques qu’elles doivent changer de tampon toutes les demi-heures et/ou rajouter des serviettes hygiéniques. Beaucoup sont contraintes de poser des jours de congés et, bien sûr, d’annuler des rendez-vous. Aller aux toilettes plusieurs fois par nuit ne contribue pas non plus à un bon rythme de sommeil. Oui, il existe de nombreuses façons d’éviter les fuites embarrassantes, mais « faire avec » n’est pas une solution. S’ils ne sont pas traités, les fibromes peuvent grossir. Par ailleurs, les femmes qui perdent chaque mois de grosses quantités de sang risquent une anémie ferriprive. Oui, prendre des compléments de fer aidera, mais cela ne règlera pas le véritable problème, les saignements.

Malheureusement, les saignements abondants ne sont pas le seul symptôme du fibrome. Le fibrome peut aussi provoquer des règles douloureuses, des douleurs dans le bas du dos, des douleurs pelviennes, ainsi que des douleurs pendant les rapports. Certaines femmes restent stoïques face aux crampes et aux douleurs, et ne prennent des analgésiques que lorsqu’elles deviennent insupportables. Mais, une fois encore, il s’agit là de traiter le symptôme et non la cause. Personne ne devrait avoir à souffrir ou à s’auto-médicamenter tous les mois. Il s’agit vraiment de symptômes dont il faut parler à son médecin.

Comme ils exercent une pression sur la cavité pelvienne, les fibromes peuvent également provoquer une constipation ou augmenter la fréquence des mictions. Chez certaines femmes, ceci est synonyme d’inconfort permanent, sans parler de l’angoisse d’avoir toujours des toilettes à proximité. Beaucoup d’entre elles y sont tellement habituées qu’elles ne remarquent même plus le poids que cela représente.

Même si c’est toujours une bonne chose que de rester optimiste quant à sa santé – (les fibromes ne sont pas mortels, n’est-ce pas ?), il est important d’agir. Tout changement, et notamment en ce qui concerne vos règles ou vos habitudes de selles ou votre miction, doit toujours faire l’objet d’une consultation afin d’écarter d’autres maladies graves. Le fibrome peut également avoir un impact sur la fertilité. La présence de fibromes peut entraîner des difficultés à être enceinte, et augmente les chances de complications durant la grossesse.3 Par conséquent, si vous envisagez de fonder une famille prochainement, voici une autre bonne raison de consulter votre médecin.

Les fibromes n’ont jamais été aussi faciles à traiter. Un certain nombre de traitements sont disponibles, de la chirurgie à la prise de médicaments visant à réduire leur taille et contrôler les symptômes associées. Il faut juste trouver le traitement le plus efficace pour vous. Alors, même si vous pensez pouvoir continuer à « supporter » les symptômes des fibromes, ce n’est vraiment pas la peine de vous infliger cela. Prenez rendez-vous chez votre médecin dès aujourd’hui et débarrassez-vous de cette souffrance.

1 Gupta S, Jose J., Manyonda I. Best Practice and Research Clinical Obstetrics and Gynaecology. 2008; 22(4): 615-626.
2 The Burden of Uterine Fibroids for African-American Women: Results of a National Survey. Elizabeth A. Stewart, Wanda K. Nicholson, Linda Bradley, and Bijan J. Borah. Journal of Women’s Health. October 2013, 22(10): 807-816. doi:10.1089/jwh.2013.4334.
3 Fibroids and reproductive outcomes: a systematic literature review from conception to delivery. Klatsky PC1, Tran ND, Caughey AB, Fujimoto VY. Am J Obstet Gynecol. 2008 Apr;198(4):357-66. doi: 10.1016/j.ajog.2007.12.039.

Disclaimer

"You are now leaving www.fibroidsconnect.com". Links to all outside websites are provided as a resource to our visitors.

Gedeon Richter accepts no responsibility for the content of other websites.