Ai-je un risque d’avoir un fibrome ?

Un facteur de risque est une caractéristique qui peut rentrer en compte sur la probabilité d’avoir un fibrome. Avoir un facteur de risque particulier peut également influer sur l’issue des traitements et peut augmenter le risque de récidive. Chaque facteur de risque, comme l’âge, la race, les antécédents familiaux, etc, est abordée plus en détail dans les pages suivantes. Les facteurs, tels que l’exercice, qui permettront de réduire le risque de développement des fibromes sont également développés ensuite.

Chez la femme non ménopausée, la prévalence augmente avec l’âge (1), dépassant 60 % après 45 ans (3). Après la ménopause, les fibromes se stabilisent ou peuvent régresser (5).

L’âge moyen de la découverte d’un fibrome se situe autour de 35 ans (1).

Cela ne signifie pas nécessairement que les fibromes sont plus fréquents chez les femmes d’une quarantaine d’année, mais plutôt que les fibromes présents pourraient commencer à se développer plus rapidement ou manifester des symptômes plus gênants.

Le développement des fibromes semble être plus fréquent s’il y a des antécédents familiaux : les femmes ayant des fibromes sont plus susceptibles d’avoir un membre de leur famille proche, comme une sœur ou mère, avec la même pathologie ​​comparées aux femmes sans fibromes.

Ceci indique que certains gènes peuvent être impliqués dans leur développement.

Les fibromes sont 2 à 3 fois plus fréquents chez les femmes d’origine afro-antillaise et ont tendance à être plus volumineux, en plus grand nombres et se développent à un âge plus précoce.

L’âge des premières règles varie considérablement selon les régions, la race, les facteurs génétiques, etc, mais l’âge moyen approximatif est de 13 ans.

Il ya un risque légèrement plus élevé de développer des fibromes si l’âge des premières règles est un âge précoce.

Les femmes qui avaient 10 ans ou moins lors de leurs premières règles ont un risque plus élevé d’apparition de fibromes en comparaison avec les femmes qui avaient 12 ans au moment de leurs premières règles.

Les femmes dont les règles ont commencé à 16 ans ou plus, ont un risque plus faible de développer des fibromes.

L’apparition précoce des règles peut augmenter légèrement le risque de fibromes car la paroi de l’utérus (myomètre) subit plus de modifications, appelées divisions cellulaires, augmentant le risque lors du processus de divisions cellulaires.

Les femmes qui ont donné naissance ont un risque inférieur de développer des fibromes que celles qui n’en ont pas.

Ce risque devient faible plus une femme a d’enfants et aussi si les différentes grossesses ne sont pas espacées.

Avoir des enfants pourrait réduire le risque de fibromes parce que la grossesse limite le temps auquel une femme est exposée à des niveaux élevés d’une hormone spécifique appelée estrogène.

Les femmes qui sont en ménopause ont un risque plus faible de développer des fibromes.

Les fibromes présents ont tendance à rétrécir chez les femmes ménopausées, car les niveaux d’estrogène dans le corps sont très bas, et lorsqu’ils sont privés d’estrogène, les fibromes rétrécissent.

Il y a un risque plus élevé de fibromes chez les femmes en surpoids et ce risque semble augmenter plus la femme est en surpoids.

Cela pourrait être dû à des changements hormonaux associés à l’obésité.

Les femmes ayant une vie active qui font beaucoup d’exercice physique ont un risque réduit de développer des fibromes.

Une étude a montré que ce risque pouvait être réduit de 40%.

Les femmes souffrant d’hypertension artérielle ou ayant un risque de maladie cardiaque ont un risque plus élevé de développer des fibromes.

Une étude a montré que l’hypertension artérielle est liée à un risque plus élevé de développer un fibrome, même en prenant en compte les soins médicaux et le traitement contre l’hypertension.

 

Pour plus d’information sur les symptômes associés aux fibromes, cliquez sur l’onglet suivant.

Ce site met à disposition des informations ayant un but éducationnel uniquement. Demandez conseil à votre médecin si vous vous sentez concernées.